Les vins

Tête à tête 2013- Vin tumultueux

A consommer maintenant ou dans 10 ans
de préférence a table en mangeant.

Ce Chenin blanc Tumultueux brut dosage 0, ne ressemble pas a un vin effervescent habituel, il développe  après avoir passé un minimum de 3 années sur  lattes, une vinosité puissante et mordante. Sa robe est dorée, le nez, aux notes de pierre à fusil, d’acacia, d’aubépine, de citrus confits et de noix, est vertical et frais. La structure est tendue par cette caractéristique typique de notre terroir minéral  de tuffeau de la gildonniere, la texture net et tranchante, teintée d’écorces légèrement amer d’agrumes associée a des bulles très  légères apporte une gaité et une persistance en bouche remarquable. Le millésime 2013  a beaucoup de fond et annonce une garde exceptionnelle dans le temps.

Ce millésime chenin 2013 est issu d’un tri effectué entre début et  milieu septembre, Chaque année, les raisins choisis sont  sélectionnés rigoureusement pour obtenir un jus homogène  tant en couleur de grains que de degré  potentiel qui avoisine les 12 a 12 ,5 de sucre maximum. Le jus est élevé et vinifié en barrique sur ses lies fines et ses levures autochtones pendant 12 à 18 mois. Après s’être clarifier naturellement,  il est bouché puis mis sur lattes au moins 3 années voir 10  et plus.

Je conseil avec ce vin , un foie gras poêlé aux truffes, le vin tumultueux 2013  qui est particulièrement  minéral et pointu,  stimule et rafraichi fortement le palais  face  a l’onctuosité grasse sucré du foie,  l’humus sublime aux effluves enivrant d’éthanol de la truffe noir se faufile avec bonheur au trousses des bulles très spéciales  de cette cuvée. J’aime aussi l’accorder avec des étuvées minutes de poissons de rivière ou de mer, sandre, brochet, ou filets de dorade grise sauvage de Bretagne et langoustine du même pays,  le tout  doit être  poché de peur  4 minutes dans un bon bouillon fumant de crustacés safrané au même vin. Passé ce temps, on éteins le feu , on couvre ; on vérifies bien que les filets soient parfaitement pochés ; tout le monde à table et on sert ! Ce tète a tète 2013,  fait aussi un mariage heureux avec des gelines de Touraine ou des petites volailles rôties sauce déglacées au  vinaigre de cidre ou encore  des suprêmes de volailles  à la crème fraiche mousseuse et aillées piquée d’écorces de  citron, mais il y a aussi des feuilletées d’écrevisses ou de homards  qui sont très heureux également avec ce millésime janséniste 2013.

Amour 2013 - Vin tumultueux

A consommer maintenant ou dans 10 ans et plus,
en apéritif seul tout simplement ou encore à table avec un plat de résistance.

Ce Pineau d’Aunis « Tumultueux » brut dosage 0, a une robe rubis très clair, il développe actuellement une vinosité gourmande et très joyeuse; ce vin  puissant et mordant a un nez très épicé aux des notes de giroflée, de framboise séchée;
en bouche, apparaissent des arômes de pèche de vigne aux épices.
Le millésime 2013  a beaucoup de puissance, une impressionnante vinosité et annonce une très belle garde.

Ce millésime d’Aunis 2013 est issu d’un tri effectué tout début septembre. Le protocole de vendange  d’élevage et d’élaboration sur latte de la cuvée est le même que pour les tumultueux blancs à l’exception près que les raisins d’Aunis,  contrairement aux blancs  qui  eux  sont pressés sitôt vendangés, massèrent environ 24 a 48 heures avant d’être tirés. Ce petit pigeage de saignée, développera  un aromatique  très particulier de griotte et framboise légèrement poivrée. Cette opération lui permettra surtout de prendre cette délicate couleur rubis clair caractéristique de ce cépage ancien. L’élevage en barrique est de 7 a 9 mois.

 A table , je le conseille, entre autre, avec des poivrons rouges confits. Avec le plat de résistance, ses arômes de fruits rouges et sa vigoureuse austérité  fonctionnent particulièrement bien notamment avec des sushis. « Cet insolent  Tumultueux d’Aunis 2013 » ,dixit le grand chef Alain Passard,  sublimera un filet de râble de lièvre poêlé, cuisson caramélisé sur dos et rosé à cœur. On le servira, si possible,  avec une réduction mirepoix à l’Aunis et on le posera sur un toast  de pain d’épices chaud, ou un crouton rôti beurré et frotté au clou de  girofle. Ce vin épicé vif  et très vineux se plaît beaucoup aussi avec un filet de canard ou de pigeon rôti, accompagné d’une compotée aigre doux de choux rouge et betterave rouge confite.

Pineau d'Aunis 2015

A consommer maintenant ou dans 10 ans et plus.

La robe est rubis clair.
Le nez présente aujourd’hui des arômes de sous bois et de petits fruits rouges comme les cerises, le cassis et les framboises. En bouche,  c’est une fondue compotée de fruits rouges acidulés et épicés; sa longueur en bouche est virevoltante et persistante.
Ce millésime 2015  a été vendangé en deux fois à une semaine d’intervalle fin septembre et début octobre. Ce millésime très ensoleillé a donné un vin aromatique et puissant toute en conservant sa typicité de légèreté épicée.

Cet Aunis 2015 peut être bu seul tout simplement ou encore pendant le repas. Les arômes atypiques de framboise poivrée du pineau d’Aunis font de lui un compagnon joyeux.

 

 Il accompagnera à grands verres  tout aussi bien les merveilleuses andouilles et rillettes de porc de chez monsieur Lehoux à St Vincent du Lorouër (72) ou de monsieur Ligneul à La Chartre sur le Loir, que des plats orientaux de poissons ou de viandes épicés.  Il se plait aussi bien avec des tomates farcies, des carpaccio de bœuf ou de thon crus. Je le conseille tout particulièrement  avec des joues de porc sauce marchand de vin d’Aunis et d’une bonne purée de pomme de terre.

Chenin blanc liquoreux 2013

A boire maintenant dans 10 ans ou dans 100 ans.

Ce millésime 2013  a été vendangé en deux  tris. Le premier a été effectué les 25 et 26 octobre, la vendange  présentait alors un ensemble harmonieux et homogène de grains rôtis couleur abricot très orangé, avec encore une belle acidité et le dernier passage du 19 novembre nous a offert un ensemble de très belles grappes de raisins bien mûrs et de pourriture noble.Les deux cuvées ont été vinifié indépendamment; le premier tri a été élevé 12 mois en bois neuf et le second, 18 mois en tonne de 4 ans.Après éclaircissement complet, les deux cuvées ont été en partie assemblé. Cette cuvée 2013  résulte de ce mariage de fruits rôtis et de grains botrytisès.

La  robe de ce vin bouché en 2015 est dorée avec des reflets d’or vert, il développe au nez des effluves de réglisse et d’écorces d’agrumes confits. Il est a la fois minéral, riche,  gras et frais. En bouche, la première impression est une coulée de raisin de Syrte, de pâte de coing, de poire confites et d’abricots secs, cette impression de bienheureuse volupté est immédiatement bousculée par un contre courant d’air vif et nerveux. Le génie du chenin c’est qu’aussitôt que le vin donne une impression de douceur trop confortable, il reprend la barre avec toute la  minéralité et la clarté qu’il aura puisé dans le sol pierreux et calcaire de son terroir. Ainsi l’édifice entier du vin se ressert et se tend, viril. Alors, la note finale est longue et tranchante, nette et fraîche. Grâce a ce soulèvement structurel, qui nous éclaire sur le potentiel architectural du millésime,  nous  entre-apercevons  déjà le corps, l’âme et tout le potentiel de ce grand  vin de garde.

 Je pense que ce millésime fera merveille tout seul en apéritif, ou avec une poularde bien grasse cuite en deux fois, d’abord pochée 20 minutes, puis doucement rôtie au four et accompagnée de girolles ou de truffes, avec un grand gorgonzola, un sabayon du même vin et fruits de la passion.

Chenin blanc sec 2013

A boire maintenant dans 10 ans ou dans 50 ans.

Ce millésime 2013 est un vin sec. II  a été vendangé en deux  tris. Le premier a été effectué le 13 et le second le 23 septembre. La première vendange présentait alors un ensemble harmonieux et homogène de grains aux couleurs verts dorés et légèrement orangés avec une belle acidité  et un degré a 12,8, le tri  suivant  plus mûr et plus rôti était à 13,9.  Les deux cuvées ont été vinifié  indépendamment; le premier tri a été élevé 12  mois en tonne d’un an et le second 14 mois en tonne de 5 ans ( toutes les tonnes font 400 litres ).
Apres éclaircissement complet,  les deux cuvées ont été en partie assemblées. Cette cuvée 2013  résulte du mariage de ces raisins  précoces et tardifs verts dorés  et rôtis orangés

La robe de ce vin bouché en janvier 2015 est dorée avec des reflets vert paille. Au nez, il développe des notes de pomme verte, acacia, pamplemousse, citronnelle, chèvrefeuille, tilleul. En bouche, on goûte d’amblée fortement la minéralité austère et pierre à fusil du terroir, puis des notes de mangue, de citron vert, des fruit de la passion, d’aubépine. Mais aussi de la pêche jaune mur adoucissent ce vin un peu sévère

La finale est joyeuse très longue et soyeuse.

 Ce millésime peux se boire tout seul en apéritif. Je le recommande en dégustant  des huîtres normandes aux goût de noisette comme les Gillardeau , les perles blanches les tzarines ou les irlandaises. Il est  très heureux aussi avec un sandre sauvage au beurre blanc, un bar  rôti ou des filets de  dorades en papillote, des langoustines , une volaille au citron, des chèvres secs, ou pour finir, une tarte aux abricots.